P1030746Ce 5e Carrefour des idées avait pour thème de réflexion, l’avenir de l’élevage ovin, en lien avec son berceau de production montmorillonnais.

Pour aborder ce sujet, il était indispensable de retracer préalablement l’historique de cette production. Celui-ci a été remarquablement relaté par Mme Gésan, co-présidente de l’Ecomusée et auteure de recherches sur ce sujet.

Puis, de nombreux intervenants ont apporté leur contribution : l’Etat avec le CGAAER – Conseil général de l’Alimentation, de l’Agriculture et des Espaces Ruraux qui a présenté les différents scénarios pouvant affecter l’avenir à 10-15 ans des exploitations agricoles en France. Chacun a pu ainsi imaginer l’élevage ovin au travers ces différents scénarios : du renouveau de son dynamisme, au risque de sa marginalisation.

Pour poursuivre, le regard du géographe, professeur d’Université, Samuel Arlaud, et l’essentiel travail de réflexion de Guillaume Robba, chargé de cette mission dans le cadre de ses mémoires de Master 2 sur le GIEE et la redynamisation de l’élevage ovin en Montmorillonnais, ont permis de mieux connaître et comprendre l’état de la filière, son impact sur l’économie locale et les jeux d’acteurs.

Jean-Louis Vollier, Président du GIE Ovin du Centre Ouest a quant à lui, abordé les attentes du marché, en constatant la baisse du nombre d’éleveurs et la réduction du cheptel, alors que les marchés sous labels se développent et que la marchandise vient à manquer.

Patrick Soury, administrateur de la SODEM a souhaité faire passer un message en indiquant que « beaucoup de jeunes ne trouvent pas de maître d’apprentissage. Si l’on veut plus de porteurs de projets, l’apprentissage est selon lui, le meilleur outil. »

Vincent Morlat, Président du CESV a souligné qu’un éleveur est avant tout un entrepreneur et non plus le « paysan d’hier ».

L’ADOV avec Pascal Hulin, l’Alliance Pastorale avec Hervé de Montvallier, également président de la SODEM, la Chambre d’agriculture de la Vienne, ainsi que la Région Poitou-Charentes et la DRAAF, sans oublier un représentant de l’enseignement agricole ont également apporté leur indispensable contribution à la réflexion proposée.

Mais ce Carrefour n’aurait pas eu de sens, sans témoignage. Un exploitant, futur cédant a exprimé ses attentes : Pierre Salvaudon, éleveur qui commercialise aussi en circuit court et accueille à la ferme. Deux jeunes exploitants récemment installés : Victor Léglantier et Nancy Robert ainsi qu’un futur installé : Jannes Hendriks. Tous ont en commun, la passion pour ce métier et la conviction qu’il est pour eux, facteur d’épanouissement et de réussite.

Enfin, Philippe Varacher, Porte-parole du GIEE « Entente des Viticulteurs et des Eleveurs de la Charente » a expliqué comment est né un groupement entre éleveurs et viticulteurs, qui ont su faire revivre l’esprit coopératif. Sans oublier, le public qui a volontiers réagi aux propos des différents intervenants et a apporté sa pierre à la réflexion.

Cette journée très enrichissante a été conclue par Jean-Marie Gilardeau, universitaire, grand témoin de cette rencontre.

Monsieur le Sous-préfet de Montmorillon, quant à lui, a dit toute l’importance que représente cette filière pour le territoire, et la volonté de l’État de l’accompagner. Une suite sera bien entendu donnée à ces travaux avec les acteurs présents.

Merci à la Direction du Lycée professionnel agricole ainsi qu’à l’équipe pour son accueil. Ce lieu était incontournable et hautement symbolique pour traiter ce sujet.

En conclusion je dirai qu’il nous faut garder en tête cette triade mongole qui parlait des trois obscurités de l’Univers comme étant : « La nuit sans lune, L’homme sans savoir, L’enclos sans mouton. » pour que l’élevage ovin reste encore longtemps présent sur ce territoire pour faire vivre cette belle idée que agriculture et environnement demain ne feront qu’un.

Pour consulter l’article paru dans la Nouvelle République, cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.