Mon collègue député Amédée de Courson, membre du groupe parlementaire auquel j’appartiens, a expliqué pourquoi nous avons voté contre ces deux projets de loi.

Je reprends volontiers ses explications.

1°/ Tout d’abord, ces projets ne respectent pas nos engagements européens.

Nous nous sommes engagés à réduire nos déficits publics de 0,5 point de PIB par an, soit 11 milliards d’euros. Nous en sommes loin, avec une réduction de 0,2 point seulement.

2°/ Les projets présentés, plus particulièrement les lois de finances, expliquent largement le mouvement des « Gilets jaunes » et le ras-le-bol fiscal de nos concitoyens.

C’est la conséquence de la hausse massive de la fiscalité énergétique (3,9 milliards d’euros) qui frappe en premier lieu les familles modestes. Le risque est bien réel de provoquer un rejet de la transition énergétique si elle se fait au détriment du pouvoir d’achat, ou si elle est perçue comme telle.

3°/ Ces projets de lois sont économiquement inefficaces.

Le Gouvernement annonce une baisse des prélèvements sur les entreprises de 18,8 milliards en 2019, mais il oublie de préciser que la transformation du CICE en exonération de charges va leur faire perdre 20 milliards. Les entreprises supporteront en fait une hausse de 1,2 milliards en 2019.

D’autres mesures sont contradictoires et illogiques, comme l’augmentation du 5e acompte d’IS pour 1,5 milliard d’euros.

4°/ Enfin ces projets de loi sont injustes socialement.

Alors que le gouvernement annonce une augmentation du pouvoir d’achat des ménages à hauteur de 6 milliards, il passe sous silence l’augmentation de 1,8 milliards d’euros des cotisations sociales salariales sur les retraites complémentaires.

Il ignore le non-alignement du barème de l’impôt sur le revenu sur l’inflation, qui entraîne mécaniquement une augmentation de celui-ci de 1,1 milliard.

Et il passe aussi en pertes et profits l’augmentation limitée à 0,3% des pensions en 2019 et en 2020, ce qui va entrainer une perte importante du pouvoir d’achat des retraités, en raison d’une inflation qui repart à la hausse. Elle est annoncée à + 1,4% en 2019 et en 2020.

La loi de finances, ainsi que la loi de financement de la sécurité sociale, n’augmentent en rien le pouvoir d’achat des familles. Ces deux projets relèvent du jeu de Mistigri, et ensuite les élus de la majorité, tels Ponce Pilate, se laveront les mains et feront porter le chapeau à l’Europe.

Mais après la politique du Mistigri, voici celle du Bonneteau :

Les députés de la majorité s’échinent à justifier la politique du gouvernement lequel affirme que le pouvoir d’achat des français va s’améliorer. Malheureusement, nos ministres ne manquent pas d’imagination pour créer en catimini de nouvelles taxes. La dernière en date relève d’un exercice de haut vol  :

– le président de la République a promis de diminuer de 50% le prix du permis de chasse. Le manque à gagner pour les fédérations de chasseurs s’élèverait à une vingtaine de millions d’euros.

Le rapporteur du budget, Joël Giraud, a informé les députés que les Agences de l’Eau prendront en charge la promesse présidentielle !!

Ainsi, ce sont les consommateurs d’eau, riches comme pauvres, qui financeront en partie le plaisir des chasseurs. Les députés de tous bords et de toutes sensibilités ainsi que mon groupe parlementaire, ont déposé des amendements pour annuler cette disposition. Ils ont tous été rejetés par les parlementaires de la majorité présidentielle.

– à quand la prise en charge par les Agences de l’Eau des cotisations des golfeurs et des joueurs de bridge ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.