norvège

Le groupe d’amitié France-Norvège* que je préside, travaille actuellement sur la participation française au Forum Énergies Renouvelables d’Oslo, associé à la Réunion Nordique CCEF en étroite collaboration avec l’établissement public « UbiFrance » à Oslo.

J’ai souhaité inscrire mon action dans le cadre de la diplomatie économique en faisant cette année participer deux entreprises du département à ce Forum : l’entreprise Sorégies et l’entreprise Itron. Cette initiative préfigure un projet plus ambitieux, celui du projet d’un forum inter-entreprises qui se tiendra en 2015.

Afin de donner une portée opérationnelle au groupe d’amitié, j’ai proposé que le groupe France-Norvège puisse s’unir dans un véritable projet économique et diplomatique.

Ce forum, s’inscrira dans le cadre de la promotion des échanges et du développement des relations, constituera une occasion pour informer la communauté d’affaires française et norvégienne sur les différents aspects de l’environnement d’investissements. Il favorisera la construction de nouveaux partenariats dans les secteurs des énergies renouvelables, de l’agroalimentaire, des TIC et du savoir-faire français (très recherché en Norvège) secteurs économiques porteurs pour nos entreprises.

Il s’appuiera en priorité sur les entreprises situées dans les différentes circonscriptions des parlementaires, membres du groupe d’amitié, sans pour autant exclure tout participant utile. Le groupe d’amitié est avant tout une émanation du Parlement qui au cas particulier souhaite s’investir au plus près des entreprises.

En circonscription, Mathilda Jean-Joachim, ma collaboratrice, est chargée de la mise en relation avec les différentes entreprises locales susceptibles d’être intéressées pour participer à ce forum. 

Le groupe d’amitié étant ouvert sur le commerce extérieur, représente également un moyen de participer au redressement de notre économie.

Les retombées de ce projet seront majeures tant pour la communauté francophone que norvégienne.

*Les groupes d’amitié « regroupent les députés portant un intérêt particulier pour un pays étranger. Leur but premier est de tisser des liens entre parlementaires français et étrangers ; ils sont également des acteurs de la politique étrangère de la France et des instruments du rayonnement international de l’Assemblée nationale ».

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.