Monsieur le Président,

Je me permets de venir vers vous au terme d’une année particulière.

Six mois déjà se sont écoulés avant que je ne reçoive une invitation officielle à me rendre à Chauvigny pour l’inauguration du Centre d’Incendie et de Secours.

Certes ma présence n’était pas annoncée par le carton d’invitation mais il est vrai que votre service de presse était très sollicité en cette fin d’année.

Il est vrai que le Sud-Vienne est bien loin. Et même observé de la ville haute, Mauprévoir reste confiné dans les contreforts granitiques du Limousin entre langue d’Oc et langue d’Oïl.

Voilà peut-être l’explication au fait que vous ne m’ayez pas invité à prendre la parole, au grand étonnement des observateurs présents, élus notamment, choqués de cette absence de respect de la plus élémentaire tradition républicaine et courtoisie.

Mais là encore vous deviez partir vers une autre destination dans le canton voisin, où n’étant pas convié, je n’ai pu me rendre. C’est ainsi que j’ai été éduqué.

Reste qu’au-delà l’éducation, je suis le député de cette circonscription, élu au suffrage universel direct. J’entends désormais que les électeurs qui m’ont élu soient considérés à travers moi, sans égard particulier mais avec le seul souci d’assurer leur représentatoin ici, comme je les représente à l’Assemblée Nationale.

Avec tous mes respects républicains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.