En février dernier, Geneviève Barat, Vice-Présidente en charge (entre autres) de la ruralité au Conseil régional de Nouvelle Aquitaine, s’exprimait dans l’un des médias numériques qui s’emploie, avec quelques autres, à nous aider à construire collectivement la grande région née de la fusion de l’Aquitaine, du Limousin et du Poitou-Charentes : AQUI.fr.

Créé en 2004 par Joël Aubert, journaliste confirmé et ancien directeur de la rédaction de Sud-Ouest, AQUI a d’abord été un magazine mensuel, imprimé sur papier, pour promouvoir l’idée du bien-vivre dans l’ancienne région de Bordeaux, avant de devenir à partir de 2007 une publication 100% numérique dédiée à l’information régionale (économique, culturelle et politique) de « l’Aquitaine et bien au-delà ».

Du bœuf de Bazas récemment honoré par l’Académie de la viande (http://www.aqui.fr/saveurs/le-boeuf-de-bazas-honore-par-l-academie-de-la-viande,17473.html) dont il était question dans la rubrique « Saveurs » le 19 septembre, au projet de territoire de Grand Poitiers présenté le lendemain à Saint-Benoît (http://www.aqui.fr/politiques/grand-poitiers-un-projet-de-territoire-pour-exister-en-nouvelle-aquitaine,17498.html), en passant par le compte rendu d’une réunion du groupe de travail de la Conférence territoriale de l’action publique de la Région Nouvelle Aquitaine, qui s’est tenue il y a quelques jours à Périgueux, sur les politiques de soutien à la revitalisation des centres bourgs (http://www.aqui.fr/politiques/la-region-soutient-la-revitalisation-des-centres-bourgs,17450.html), AQUI.fr constitue pour tous les Néo-Aquitains une excellente source d’information pour apprendre à connaître la grande région. C’est aussi une fenêtre ouverte sur la réalité de ses espaces ruraux, du Béarn à la Creuse, en passant par le Sud-Vienne.

Comme le rappelait très justement Geneviève Barat, « il faut penser la région en global avec une cohérence et naturellement de façon reliée. Tout à un lien avec les compétences prioritaires de la région et les compétences partagées. On doit pouvoir sentir qu’elle peut agir jusqu’à la proximité, ça c’est essentiel, que les populations se sentent appartenir à une région. » : http://www.aqui.fr/politiques/le-grand-entretie-genevieve-barat,16809.html

Faire que les populations se sentent appartenir à une même région pour mieux la partager, c’est ce à quoi contribue également L’ACTUALITÉ NOUVELLE AQUITAINE (ex. Actualité Poitou-Charentes), la revue trimestrielle de la recherche, de l’innovation, du patrimoine et de la création éditée par l’Espace Mendès France (centre de culture scientifique, technique et industrielle à vocation régionale, situé à Poitiers), avec le soutien du Conseil régional et les concours du CNRS, de l’ISAE-ENSMA, de l’université, de la mairie, de l’agglomération et du CHU de Poitiers.

Comme AQUI, elle offre également des archives sur Internet et une plate-forme de collecte, de sélection et de diffusion d’informations en ligne ; ce sont des outils très utiles qui constituent un ensemble interdisciplinaire et accessible à tous, pour qui veut appréhender les différents visages et les richesses de notre nouvelle région.

On y découvre, par exemple, comment les mothais sur feuille et autres chabichous du Poitou sont promus à Lisbonne – aux côtés de spécialités gourmandes tels des miels de Châtellerault ou les bières artisanales des Pirates du Clain – par trois dynamiques jeunes Picto-Charentais (https://actualite.nouvelle-aquitaine.science/trois-fromagers-francais-sur-lisbonne-perches/) ; ou comment Éric Berr, maître de conférence à l’université de Bordeaux, appréhende la notion de bien-être dans nos sociétés contemporaine, en s’inspirant de la pensée du philosophe et économiste Amartya Sen qui propose un indicateur non pas seulement basé sur la croissance économique, mais aussi sur l’éducation, la culture ou la santé (https://actualite.nouvelle-aquitaine.science/entretien-avec-eric-berr/) : une approche très éloignée des théories du ruissellement ou de principes par trop libéraux qui creusent souvent les inégalités ou accroissent les précarités.

Nombre de sujets liés aux espaces ruraux en Nouvelle Aquitaine sont également traités dans la revue « papier » disponible sur abonnement ou en kiosque : https://actualite.nouvelle-aquitaine.science/publication/

Le tout dernier média susceptible de nous permettre de mieux connaître notre grande région est né le 11 septembre, et j’ai eu le plaisir d’assister à son lancement dans les locaux de France 3 à Poitiers : il s’agit NoA, chaîne TV 100% Nouvelle Aquitaine créée par France Télévision et France 3, désormais accessible sur les box via les FAI (Orange 339, SRF 455, Free 326, Bouyges 337) ou tout simplement sur le site Internet na.france3.fr ; elle diffuse des informations régionales 365 jours par an, 7 jours sur 7, 24h sur 24 !

Son objectif est de raconter, en continu, cet immense territoire qu’est la Nouvelle Aquitaine, une région vaste comme l’Autriche et comptant plus de six millions d’habitants, avec des cultures, des langues, des habitudes de vie différentes et… des espaces ruraux qu’il convient de ne pas oublier !

NoA veut être une vitrine de la créativité et de l’innovation numérique en Nouvelle Aquitaine, et affirme l’ambition de permettre aux Néo-Aquitains de découvrir les réalités de la vie sociale, économique, politique, sportive ou culturelle de leur région.

Comme Laurence Mayerfeld, directrice de France 3 Nouvelle Aquitaine, a eu l’occasion de l’exprimer, « il y a des citoyens sur ce territoire qui vivent dans des villages, dans des lieux où les médias ne se rendent quasiment jamais, où bon nombre de services publics ont disparu. C’est ce que les sociologues appellent la fracture géographique ».

Un échange très stimulant avec l’un des responsables de la chaîne à Bordeaux m’a laissé penser (et espérer) que NoA serait effectivement attentive et à l’écoute de la réalité de nos espaces ruraux, comme le sont déjà AQUI.fr et L’ACTUALITÉ NOUVELLE AQUITAINE.

À nous – acteurs politiques, institutionnels, économiques, culturels, etc. – de bien connaître ces supports d’information et de nous faire mieux connaître d’eux, afin de valoriser plus encore ce qui se passe, se vit et s’invente entre Vienne, Clain et Gartempe.

C’est ainsi qu’ensemble nous construirons une région commune, où tout ne se passe pas à Bordeaux, Limoges ou Poitiers !

 

1 Réponse

  1. Joël

    Merci Sylviane de ce rappel au moment où nous travaillons à enrichir l’offre éditoriale d’aqui.fr sur la Nouvelle Aquitaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.