Chaque 3ème mercredi du mois un cercle de silence se réunit devant l’église Notre-Dame de Poitiers à l’initiative des organismes suivants :

– Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT)

– Amnesty international

– Chorale Cœurs en Spectacle –Cimade

– Comité diocésain de la Solidarité

– Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement

– Terre Solidaire

– Education Word Epheta

– Fraternité laïque dominicaine de Poitiers

– La Vie Nouvelle

– Secours Catholique.

 

Ce collectif veut alerter les citoyens :

Contre la xénophobie de l’Etat.

Pour le respect et la dignité de toute personne française ou étrangère, en tout lieu, en toute circonstance.

 

Le mercredi 16 mai ce 92ème cercle du silence avait pour thème : Pourquoi se mobiliser contre la loi « Asile – Migrations » ? Et dénonçait en particulier les points suivants :

Ø La réduction de 120 à 90 jours du délai pour enregistrer une demande d’asile en procédure normale.

Ø La convocation et la notification des décisions de l’OFPRA par SMS ou mail ce qui suppose que les demandeurs souvent précaires et maîtrisant mal le français aient accès à ces technologies.

Ø La réduction du délai pour déposer un recours d’un mois à quinze jours alors que le délai de droit commun est de deux mois.

Ø La généralisation de la visio-conférence pour les audiences à la Cour nationale du droit d’asile sans possibilité pour le demandeur de s’y opposer alors qu’il s’agit d’un dispositif déshumanisant et manifestement défavorable.

Ø La possibilité d’être expulsé dès le rejet de l’OFPRA pour les personnes en réexamen rendant les voies de recours inefficaces car non suspensives par dérogation au droit normal.

 

Ce projet de loi viole la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Une association avait terminé la convocation adressée à ses adhérents par les mots suivants :

Ce cercle de silence sera aussi l’occasion de rendre hommage à Jean-Michel Clément, député de la Vienne, qui a eu le courage de voter contre ce projet de loi.

Les participants espèrent que ce texte inefficace et dangereux évoluera au Sénat et en seconde lecture à l’Assemblée nationale. Députés et sénateurs seraient avisés de prendre connaissance du rapport adopté à l’unanimité par la Commission nationale consultative des droits de l’homme le 2 mai 2018 et publié au journal officiel. Ce rapport dénonce des mesures gravement attentatoires aux droits de l’homme et préconise 32 recommandations pour mettre la loi en accord avec le droit français d’une part, avec les traités internationaux et européens signés par notre pays d’autre part.

Jean Crespin

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.