Règle d’or et années de plomb

Communiqué de presse du 2 septembre 2011

S’il y a un aspect avéré à la politique de Nicolas Sarkozy, c’est bien celui qui consiste à privilégier les plus riches aux détriments des classes populaires et moyennes. Une des premières lois, votée à l’été 2007, fût la funeste Tépa, consacrant 5 années de bouclier fiscal pour les plus hauts revenus. Vouloir se présenter aujourd’hui, comme le garant d’une stricte orthodoxie budgétaire protégeant les plus démunis et donner des gages supplémentaires aux marchés financiers en imposant, y compris à sa majorité, une hypothétique règle d’or, sont tout simplement des sornettes auxquelles plus personne ne croit.

Nous venons de traverser des années de plomb : le déficit public a triplé depuis 5 ans, ce qui représente 435 milliards d’euros depuis 2007, les deux tiers sont des cadeaux fiscaux, une personne sur cinq vit en dessous du seuil de pauvreté, 783 000 ménages surendettés, 10% de chômage, 23% chez les jeunes, des salaires inférieurs de 27 % pour les femmes…

Et sur la même période, des rémunérations jusqu’à 350 fois le smic, 1% des Français les plus riches ont, depuis dix ans, perçu 150 milliards de cadeaux fiscaux, la plupart des multinationales ne payent pas d’impôts en France…

S’il y a avait une réforme à voter dans l’urgence c’est celle qui consisterait à faire participer les plus hauts revenus à l’effort nécessaire en cas de crise économique. Alors en plus de cette Règle d’or, présenter la semaine prochaine, dans le même paquet législatif le plan de sauvegarde de la Grèce et une taxe sur les mutuelles, c’est-à-dire taxer un potentiel accès aux soins, donne une image assez exacte des politiques menées depuis 4 ans. Populiste sûrement, populaire sûrement pas !

Proposition de lecture ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contactez votre Député

à la permanence parlementaire à Gençay