Premier bilan de la réforme du permis de conduire, un peu moins de deux ans après son entrée en vigueur

Permis de conduireCette réforme a d’abord a été conçue pour les jeunes. Pour nombre d’entre eux en effet, le permis de conduire est avant tout un permis s de travailler.

Pour cela, les efforts ont porté sur la réduction des délais d’attente entre deux présentations à l’examen pratique.

Ces délais pouvaient atteindre près de 6 mois dans certains départements, alors que la moyenne européenne est de 45 jours. Il a d’ailleurs  été fixé comme objectif, d’atteindre cette moyenne en 2017.

Cette attente avait un coût pour les candidats : 200 € par mois en moyenne, et une entrée retardée dans la vie active. Pour la réduire, plusieurs mesures d’ampleur ont été décidées :

  • En permettant aux inspecteurs du permis de conduire et de la sécurité routière de faire passer 13 examens par jour, au lieu de 12 grâce à la suppression de manœuvres redondantes dans l’examen pratique, l’équivalent de 110 000 places d’examen supplémentaires a pu être dégagé en année pleine.
  • Des agents publics désignés par les préfets et des réservistes de la police et de la gendarmerie nationale ont assuré, depuis 2014, le passage de l’épreuve du « code de la route », générant ainsi plus de 75 000 places d’examen supplémentaires.
  • Pour amplifier la dynamique de réduction des délais et depuis le 29 février tique du permis B et dans le sud du dernier, 36 postiers spécialement formés à l’épreuve pratique du permis B ont été affectés dans les départements d’Ile-de-France, et dans le sud du pays où les délais d’attente sont encore les plus longs.
  • Enfin, un effort sans précédent a été consenti pour recruter des inspecteurs du permis de conduire : 109 inspecteurs au total ont été recrutés en 2014 et 2015, dont 25 dans le cadre d’une procédure exceptionnelle destinée à l’Ile de France. En 2016, 45 nouveaux inspecteurs seront recrutés et formés.

Cette réforme porte déjà ses fruits :

  • Au niveau national le délai d’attente moyen est passé de 96 jours en 2014 à 68 jours au 1er mars 2016. La tendance se poursuit.
  • 99 départements ont vu les délais d’attente baisser : c’est notamment le cas du département de la Vienne où les délais ont été réduits de 16 jours en un an, passant de 86 à 70 jours.
  • Par ailleurs trois départements, la Vendée, la Meuse ont déjà atteint l’objectif des 45 jours.
  • En région parisienne, où ces délais atteignaient 130 jours en moyenne en 2014, la baisse est particulièrement forte, comprise entre 31 et 50 jours.

Toutes les mesures sont prises pour amplifier ce mouvement.

L’externalisation à des opérateurs agréés de l’organisation de l’épreuve du « code de la route » est effective depuis le 13 juin 2016 : elle offrira 142 000 places d’examen supplémentaires par an, soit un effort inédit pour l’éducation routière.

Un permis plus accessible et plus moderne pour nos jeunes, tel est le sens de cette réforme dont j’ai souhaité vous rendre compte des premiers résultats très prometteurs.

 

Proposition de lecture ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contactez votre Député

à la permanence parlementaire à Gençay