Rencontre avec les associations agréées de la pêche à Availles-Limouzine

p1040164En ma qualité de Président du groupe d’étude sur la « pêche et la protection du milieu aquatique » à l’Assemblée Nationale, j’ai souhaité inviter Monsieur Claude ROUSTAN, Président de la Fédération Nationale de la Pêche, à Availles-Limouzine afin de rencontrer les APPMA de ma circonscription et les organismes chargés de la gestion de l’eau (ONEMA, Agence de l’Eau Loire-Bretagne, EPTB 86 – Établissement public du Bassin de la Vienne, l’association de propriétaires d’étangs..), sans oublier l’État avec la DDT.

Accueilli par Joël FAUGEROUX, Maire d’Availles-Limouzine et Président du SMPM, Claude ROUSTAN a été reçu par l’APPMA « La Carpe Availlaise » présidée par Max DUBREUIL et une équipe de bénévoles très active et passionnée dont fait partie Anaïs CHANSIGAUD, jeune championne de France féminine de pêche au coup, classée 4e après des championnes du monde.

Ce fut l’occasion de visiter différents sites de la rivière de la Vienne, notamment le parcours mondial de pêche au coup qui accueille de nombreuses compétitions nationales et internationales, mais aussi le parcours de pêche nocturne d’Availles-Limouzine, classé parcours de pêche national, ainsi qu’un accès réservé aux services de sécurité et l’appontage des bateaux.

Si le débit de la Vienne est régulier, la rivière sert aussi à refroidir la Centrale nucléaire de Civaux pour qu’elle fonctionne dans de bonnes conditions (12 m3), un problème préoccupant est apparu clairement : la prolifération d’une plante aquatique envahissante : la jussie ; et accessoirement, l’apparition de ragondins dans les rives.

Des moyens de financement peuvent être mis en place concernant la jussie a souligné Francis BAILLY, Président départemental de la Fédération de la pêche de la Vienne, appuyé en cela par son collègue M. LACROIX, Président départemental des Deux-Sèvres.

L’après-midi a été l’occasion de présenter les avancées législatives, mais aussi les mesures qu’il nous faudrait encore faire avancer.

Cette rencontre a été l’occasion d’engager un dialogue sur tous les sujets de préoccupation :

  • la qualité de l’eau qui peut être polluée par des industries ou même des particuliers,
  • le principe de continuité écologique (l’arasement des barrages),
  • la présence des bassines sur nos territoires,
  • l’impact de l’irrigation des cultures comme le maïs,
  • les stations de pompage d’eau potable,
  • le réchauffement climatique : le problème de ressources va se poser en quantité et en qualité.

L’assemblée présente s’interroge sur l’état de la nature laissée aux générations à venir, et plus particulièrement la qualité de l’eau.

Les syndicats d’eau ainsi présents ont également pris en compte les problématiques et insistent sur le fait de continuer à dialoguer avec les différents acteurs pour ainsi sensibiliser la société.

Proposition de lecture ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contactez votre Député

à la permanence parlementaire à Gençay