Nicolas Hulot “chemine désormais en paisible compagnie de sa conscience”

Jean-Michel Clément salue le travail accompli par Nicolas Hulot au Gouvernement.

Guidé par ses convictions, son expérience et sa vision des transformations indispensables face à la « tragédie climatique » dans laquelle notre planète a d’ores et déjà basculé, il a voulu porter l’exigence écologique au plus haut niveau de l’État. En démissionnant de sa fonction ce matin, il hisse encore plus l’urgence environnementale au rang des enjeux prioritaires pour notre société.

Nicolas Hulot, lucide et las de prêcher trop souvent seul dans le désert, dresse le constat cruel des limites de l’action politique quand le pouvoir s’accommode de petits pas, alors que les périls fondent sur nous à grandes enjambées, et qu’il ne sait pas “porter, incarner, proposer et inventer” une société alternative.

Il ne veut plus cautionner des orientations économiques et politiques qui ne sont pas à la hauteur du défi contemporain – « le pire auquel l’humanité a jamais été confrontée »-, et qui sont soumises à la pression des lobbies et du court-terme.

Loin de toute résignation, il appelle à la mobilisation, à une union nationale salvatrice pour une prise de conscience et d’action collective, afin de construire un autre monde que celui que nous refusons d’abandonner.

Je fais aussi l’amer constat que, une nouvelle fois, pas plus que l’expression de la diversité des points de vue et des opinions, l’impérieuse priorité à donner à la biodiversité n’a pu s’imposer dans notre actuel écosystème politique. Il conviendrait vraiment d’inventer une autre voie…

 

Proposition de lecture ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contactez votre Député

à la permanence parlementaire à Gençay