Le Brexit : un cauchemar pour les britanniques vivant en France

Pour le dernier billet de cette année particulière, j’ai décidé de donner la parole à un ressortissant britannique vivant dans la circonscription depuis de nombreuses années déjà.

Il représente l’un des 3 000 britanniques résidant dans le département, dont nombreux sont installés dans la 3e circonscription.

Outre les problèmes sanitaires liés à l’épidémie COVID-19 auxquels ils sont confrontés en ces périodes de fêtes, tant au Royaume-Uni qu’en France, s’ajoute pour eux, l’angoissante question du Brexit.

Ian a choisi notre région, notamment en raison de son climat tempéré, propice à la santé de personnes affectées comme lui, par un handicap physique.

Installé depuis longtemps et maîtrisant parfaitement la langue française, il avait même été candidat aux élections locales, preuve de sa parfaite intégration.

Le Brexit résonne pour lui comme une rupture entre ces deux pays qui resteront toujours les siens.

À notre avis, la décision prise par le Royaume-Uni de quitter l’Union européenne était et est toujours, à courte vue, idiote et motivée par rien de plus que le nationalisme, la xénophobie et la cupidité, ce qui nous met en colère et franchement, honte d’être Britannique.

Nous sommes tristes de penser que les gens ont cru à tous les mensonges sur lUnion européenne. Oui, elle a ses défauts, mais il aurait mieux valu apporter le changement, de l’intérieur. Il vaut certainement mieux être de bons voisins et résoudre les problèmes ensemble.

Depuis 40 ans, les pays de lUnion européenne sont en paix et il est impardonnable de mettre tout cela en péril.

En 2006, mes parents et moi avons pris une décision parfaitement légale, en vertu des lois sur la liberté de mouvement, de déménager dans un autre pays européen pour des raisons personnelles et de santé, et nous sommes maintenant sanctionnés pour cela. Le fait que mon père et moi ayons dû prendre une retraite anticipée pour notre santé n’est pas de notre faute ! De nombreuses autres personnes que nous connaissons sont dans la même situation.

Le Brexit a causé beaucoup d’anxiété à ceux d’entre nous qui ont choisi de vivre et de travailler dans d’autres pays ; nombre de nos droits, comme le droit de vote en Europe, ont été injustement supprimés.

Avant de déménager en France, nous nous sommes assurés d’avoir toutes les informations et autorisations nécessaires pour nous permettre de vivre ici légalement. Maintenant, en raison du Brexit et du cauchemar bureaucratique qu’il provoque, nous devons nous assurer que nous avons tous les documents à jour afin de continuer à vivre en paix ici.

Cela a causé un stress inutile, qui a été et continue d’être préjudiciable à notre santé émotionnelle et physique. Même des choses simples comme demander aux « départements » gouvernementaux britanniques des documents tels que S1 (carte de sécurité sociale britannique) pour continuer à couvrir les soins de santé ont, dans notre propre cas, été un cauchemar en raison de mon handicap physique. Le fait que je sois physiquement handicapé est déjà assez stressant pour ma mère de 78 ans, sans que l’on ne lui impose plus de soucis sans sa faute.

Ce n’est qu’après avoir demandé l’aide de notre député britannique de notre région d’origine et du député britannique pour les citoyens de l’Union européenne que nous avons reçu ce document mis à jour. Nous comprenons que de nombreux citoyens britanniques ont également eu des problèmes pour obtenir les documents de santé nécessaires.

Sur une note plus positive, nous avons récemment commencé notre demande de double nationalité et nous espérons qu’elle sera acceptée et finalisée d’ici la fin de 2021. Nous sommes, bien sûr, pleinement conscients que la crise sanitaire actuelle de l’épidémie COVID19 qui affecte le monde entraînera des retards de traitement de telles choses, donc nous sommes patients.

Ian Firth, citoyen britannique, résidant à Mauprévoir (86)

Brexit : a nightmare for British living in France

For the last post of this particular year, I have decided to give the floor to a British national who has lived in the constituency for many years now.

He represents one of the 3,000 Britons residing in the department, many of whom are based in the 3rd district.

In addition to the health problems linked to the COVID-19, they are facing during these holiday periods, both in the United Kingdom and in France, for them is added the distressing question of Brexit.

Ian chose our region, in particular because of its temperate climate, favorable to the health of people affected like him, by a physical handicap.

Established for many years and mastering the French language perfectly, he had even been a candidate in the local elections, proof of his perfect integration.

Brexit resonates for him as a rupture between the two countries which will always remain his.

In our view, the decision taken by the United Kingdom to leave the European Union was  and is, short sighted, idiotic and driven by nothing more than jingoistic nationalism, xenophobia and greed, all of which makes us angry, and frankly, ashamed to be British.

We are sad to think that people believed the all the lies about the European Union. Yes, it has its faults but it would have been better to bring change from inside.  Surely it is better to be good neighbours and resolve problems together.

For 40 years the countries making up the European Union have been at peace and to put that at risk is unforgivable.

In 2006 my parents and I made a perfectly lawful decision, under The Freedom of Movement laws, to move to another European country for personal and health reasons, and we are now being penalised for it. The fact that I, and my father had to retire early for the sake of our health is hardly our fault!  Many other people we know of are in the same position.

Brexit has caused much anxiety to those of us who chose to live and work in other countries, many of our rights, such as the right to vote in Europe have been unfairly taken away.

Before moving to France, we ensured that we had all the information and documentation necessary to allow us to live here legally. Now, owing to Brexit and the bureaucratic nightmare it is causing, we are having to ensure that we have updated documentation in order to continue living peacefully here.

This has caused unnecessary stress, which has been, and continues  to be, detrimental to our emotional and physical health. Even simple things like asking the U.K government departments for documents such as S1 to continue cover for healthcare has, in our own case, been a nightmare owing to my physical disability. The fact that I am physically disabled is stressful enough for my 78 year old Mother, without having further worry forced upon her through no fault of her own.

Only after asking for help from our local UK Member of Parliament and the UK Member of Parliament for people in the European Union, did we receive this updated document. We understand many U.K citizens have also had problems obtaining necessary health documentation.

On a more positive note, we recently began our application for dual nationality and we hope that it will be accepted and finalised by the end of 2021. We are fully aware of course that the current COVID19 heath crisis affecting the world will cause delays in processing such things so we are being patient. 

Ian Firth, British citizen, living in Mauprévoir (86)

Proposition de lecture ...

Un commentaire

  1. Bien sûr! L’Europe n’a pas répondu aux souhaits multiples et souvent contradictoires entre les peuples mais le concept et l’institution d’Europe, dusse t elle être amendée grandement est le seul espoir pour le contingent. Solidarité avec les britanniques intégrés. Bravo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contactez votre Député

à la permanence parlementaire à Gençay